Problèmes de digestion et enzymes digestives

Les Enzymes digestives sont un instrument de prévention

Au tout début

Un soir, l’homme de Neandertal a, par mégarde, laissé tomber une tranche de dinosaure dans le feu. Alors il n’en fallait pas plus pour que l’aventure des enzymes commence. Cependant, si notre ancêtre avait été plus prudent, peut-être serions-nous encore aujourd’hui au régime d’aliments crus. En revanche, serions-nous en bien meilleure santé pour cette raison?

Enzymes et résistance à la chaleur

À cause de cela, cuire les aliments à plus de 115 degrés tue les enzymes nutritives des aliments pour la pré-digestion. Par conséquent, le pancréas, les glandes salivaires, l’estomac et les intestins doivent travailler plus fort. Tous ces éléments doivent alors fournir les enzymes digestives (protéase, amylase, lipase). Elles sont nécessaires à la décomposition des protéines, des hydrates de carbone et des corps gras respectivement.

On épuise nos réserves d’enzymes avec la cuisson

Puisque nous mangeons cuit, le corps doit littéralement dérober des enzymes à droite et à gauche (glandes, muscles, nerfs et au sang). Afin de faciliter le processus de digestion rendu difficile par les aliments cuits. Ce prélèvement intempestif d’enzymes mène à une carence d’enzymes dans les parties du corps indûment mises à contribution. De plus, les scientifiques de toutes les régions du globe estiment que ce phénomène est la véritable cause d’allergies et de maladies diverses. Enfin, il est regrettable que la médecine n’ait pas accordé plus d’attention aux enzymes dans l’alimentation.

Les bienfaits de la nourriture crue 

En fait, affirmer que le corps peut facilement digérer et assimiler correctement les aliments cuits peut se révéler un jour l’erreur la plus grossière jamais commise par la science. Les aliments cuits passent dans le tube digestif plus lentement que les aliments crus et ont tendance à fermenter. En conséquence, ils diffusent des poisons dans l’organisme qui causent des gaz, des brûlements d’estomac, des maux de tête, des troubles de la vue et bien d’autres malaises plus graves encore. Par la suite, ces poisons commencent à s’accumuler sur les parois du gros intestin.

En revanche, seuls les aliments crus volumineux de type fibreux feront fonctionner l’intestin correctement. De plus, ils délogeront les particules des cavités, des coudes du colon. Par le fait même, ils augmenteront le nombre de selles quotidiennes.

Les fibres et l’intestin

Il faut reconnaître, l’importance accordée récemment par les experts à l’incorporation des fibres au régime alimentaire qui découle d’une prise de conscience. Ainsi, ils constatent enfin que l’alimentation des Américains est pauvre en fibres. En plus, un facteur très important également, est que le colon doit être protégé contre la putréfaction et contre les cycles d’auto-intoxication. Ainsi, la consommation quotidienne de fruits et de légumes crus changera la flore intestinale et donnera de bons résultats.

Conséquences possibles de la cuisson

Contrairement, à la pensée générale, n’éliminez qu’une fois par jour est assimiler à de la constipation par par le docteur J.H. Kellog et par d’autres scientifiques réputés.

En plus, une langue saburrale ou chargée est aussi une source d’auto-intoxication. Les résultats de laboratoire révèlent qu’une langue chargée de moisissures, de levure et de bactéries témoigne d’une faible résistance à la maladie.

Le cancer du côlon arrive au deuxième rang après le cancer des poumons dans les principales causes de la mortalité en Amérique. Il est relié, à des degrés divers, à la consommation d’aliments cuits présentant une déficience en enzymes.

Les toxines s’emmagasinent dans nos tissus

Voici d’autres problèmes associé à la consommation d’aliments cuits non digérés par l’organisme. Ces aliments se retrouvent souvent dans d’autres parties du corps où ils se déposent, faisant office de résidus. Finalement, la molécule de gras non digéré peut mener au cholestérol, le calcium à l’arthrite, le sucre au diabète.

Les Eskimos mangent cru

Pour la plupart des cardiologues, l’alimentation de l’Eskimo primitif du Groenland (qui se résume à 10 livres de viande et de gras animal par jour, environ) est dommageable. Cependant, les Eskimos ne sont pas touchés par l’hypertension, par les pierres aux reins, ni par les troubles cardiaques. Puisqu’ils ne cuisent pas leurs aliments. Ceux-ci contiennent toutes les enzymes nécessaires à l’assimilation de toutes les molécules absorbées, de la première à la dernière.

Déficience en enzymes

Il est possible que toutes les maladies dégénératives connues tirent leur origine d’une déficience en enzymes. Un très grand nombre de scientifiques respecté estime que c’est le cas du cancer. Citons, le Dr, Franz Bergel (Londres, Angleterre), le Dr R.A. Holman (Université of Wales) et le Dr Edward Howell (pionnier des recherches sur les bienfaits des enzymes dans l’alimentation).

Même les animaux dans les Zoos

Même, lorsqu’ils sont additionnés de vitamines et minéraux organiques, les aliments cuits ne sont pas efficaces. En fait, il est intéressant de constater que les animaux nourris exclusivement aux aliments crus se développement mieux. De même que dans les zoos, depuis le moment où nous avons retiré les repas demandant une cuisson, les animaux se portent beaucoup mieux.

Exemple de la germination

Un fermier qui voudrait planter une graine dans le sol ne la cuirait pas d’abord parce qu’il sait que la cuisson tue les enzymes qui sont la vie dans la graine.

Travaille des enzymes

De plus, les enzymes présents dans les liquides extracellulaires de toutes les cellules animales et végétales sont des protéines spécialisées qui déclenchent et accélèrent les réactions chimiques. Ces protéines sont le siège de ce que le professeur More de l’Université d’Oxford appelle l’énergie biotique.

Le seul fait de respirer et de bouger fait appel à nos enzymes. Ce sont les enzymes contenues dans un steak qui soigneront un œil tuméfié en quelques heures plutôt qu’en quelques jours.

C’est grâce aux enzymes si les graines germent et si les feuilles changent de couleur à l’automne. Les enzymes sont les principes actifs par excellence. Ce sont les éléments déclenchant des fonctions naturelles de tout ce qui vit.

La science est incapable de fabriquer des enzymes parce que celles-ci renferment le principe de vie même.

Les enzymes ne sont pas une source inépuisable

Et, comme le Dr Edward Howell le dit avec justesse : c’est comme si vous héritez d’une somme d’argent déterminée et que vous dépensiez tout. Il ne vous resterait rien en banque. Il en est de même avec les enzymes. Vous héritez d’un potentiel enzymatique déterminé qui doit vous durer toute la vie. Même si le corps peut fabriquer des enzymes, plus vous puisez dans votre potentiel, plus vite il s’épuise.

Évitez la maladie

Vos chances d’éviter toute maladie grave sont bien meilleures si vous mangez des aliments crus dans toute la mesure du possible. La source d’enzyme la plus importante provient des germes. Si vous mangez des aliments crus et cuits au même repas le Dr Howell est d’avis qu’il vous faut prendre un à trois suppléments d’enzymes pendant le repas et non après. Les capsules d’enzymes végétales peuvent être ouvertes et leur contenu, saupoudrer sur les aliments. Ces suppléments d’enzymes peuvent vous permettre d’épargner vos précieuses réserves d’enzymes.

Enzymes nutritives

Les enzymes nutritives, contenues dans les aliments crus que vous consommez commencent à décomposer ces aliments dès leur absorption. Elles ont environ trente minutes pour faire leur œuvre dans l’estomac. Après quoi l’estomac peut devenir trop acide s’il y a consommation de protéines en même temps et les enzymes perdent leur pouvoir. C’est alors que la pepsine et l’acide chlorhydrique prennent la relève et continuent le travail de digestion des protéines. Lorsque l’on prend un supplément d’enzymes végétales, ces enzymes se comportent de la même façon que les enzymes issus des aliments crus. Cependant ils ont la propriété de poursuivre leur action même dans un milieu acide.

En conclusion

Pour terminer avec l’homme de Neandertal, celui-ci représente l’argument le plus convaincant en faveur de la prise de suppléments d’enzymes. Ses vestiges fossilisés ont en effet permis d’établir sans l’ombre d’un doute qu’il était atteint d’une forme extrêmement avancée d’arthrite invalidante.

Vous avez des questions sur cet article? Téléphonez-moi au 514 268-9465

Patrick Ste-Marie Coach santé, naturopathe entraîneur

Partager ce blogue

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Mon panier
Votre panier est vide.

Il semble que vous n'ayez pas encore fait de choix.